ND 2- Douleur trigéminale et migraine

Les douleurs chroniques, notamment la migraine chronique, provoquent des modifications fonctionnelles et structurales dans le cerveau. Cette plasticité intéresse les voies et régions cérébrales de la sensibilité douloureuse, ou nociception, comme celles des autres composantes, affectivo-emotionnelle et cognitivo-evaluative, de la douleur. Elle se manifeste par divers symptômes associés aux douleurs chroniques. Par une stratégie translationnelle, nous déterminerons les mécanismes de deux de ces symptômes: l’allodynie mécanique (douleur provoquée par une stimulation tactile) localisée ou généralisée et l’anxiété. Chez l’animal, nous combinerons techniques (électrophysiologie, biochimie, immunohistochimie, biologie moléculaire) et modèles de douleurs chroniques trigéminales (fonctionnelle (migraine), inflammatoire, neuropathique).

Allodynie mécanique trigéminale

Cette allodynie est due à l’activation d’un circuit neuronal polysynaptique du sous-noyau caudal du trijumeau. Certains de ces neurones expriment spécifiquement la PKCγ.  Quel est son rôle? Nous étudierons les propriétés morphologiques et fonctionnelles des interneurones PKCγ+, leurs modifications chez les rats douloureux chroniques et l’effet d’activer/inhiber la PKCγ.

Parallèlement, nous étudierons la contribution de trois facteurs – compression vasculaire, démyélinisation et désafférentation – dans l’allodynie de la névralgie du Trijumeau chez l’homme.

Allodynie généralisée

Les contrôles inhibiteurs diffus induits par stimulation nociceptive (CIDN) nous protègent normalement de la diffusion de la douleur. L'allodynie généralisée est-elle due à l’altération des CIDN ? Celle-ci est-elle liée à l’altération des contrôles descendants sérotoninergique et dopaminergique ?

Nous étudierons comment les différents neurones du bulbe rostro-ventro-median et du noyau hypothalamique A11 – à l’origine, respectivement, des projections sérotoninergiques et dopaminergiques  – contribuent aux CIDN chez des rats normaux et douloureux chroniques.

Parallèlement, par psychophysique et imagerie (IRM) fonctionnelle, nous mesurerons les CIDN chez des patients migraineux chroniques par abus médicamenteux ou stomatodyniques.

Anxiété

Les patients douloureux chroniques, notamment migraineux chroniques, sont souvent aussi anxieux.  Quelle est la relation de cause-à-effet ? Nous évaluerons l’anxiété chez des rats douloureux chroniques, révèlerons les régions du cerveau impliquées dans son apparition et déterminerons les modifications cellulaires responsables de son expression.